MBN       Rectorat Strasbourg         Plan du site        Folios         J.U.        

Quelques bilans de jeunes

Face à ma feuille blanche, je me souviens de ce que j’ai pu découvrir grâce à cet enseignement et qui, à présent s’est intégré dans ma vie comme peut l’être le langage. Je ne me suis pas seulement imprégnée d’un vocabulaire gestuel m’amenant à la découverte de mon corps et de ses possibles. J’ai aussi acquis une base de vocabulaire technique de la danse, qui aujourd’hui, me permet de m’exprimer par rapport à mes expériences et aux ateliers et spectacles auxquels j’assiste. L’étude de certains chorégraphes, danseurs ou œuvres chorégraphiques m’a ouvert un champ large sur l’histoire de la danse, son développement, ses ruptures et ses multiples recherches. Ces connaissances me laissent comprendre et analyser les différents courants de la danse, m’offre la possibilité de comparer des œuvres, de lier les arts entre eux et de voir leurs relations dans l’histoire. Maintenant mon regard est plus affûté, en connexion perpétuelle avec la danse. Je ne regarde plus les gens marcher de la même manière, la lumière et les sons m’arrivent transformés. En parallèle, je me suis intéressée à d’autres formes d’arts dans lesquelles j’y ai vu l’importance du corps. Je pourrais même dire que mon mode de vie a changé. La relation avec moi-même est plus douce et tolérante, ce qui me permet d’en faire de même avec les autres. Je prends plus facilement la parole, m’adresse plus spontanément aux inconnus. La danse est devenue la clé de moi-même pour m’ouvrir au monde et y être bien.

Eléna, Terminale L

 

3 h dans la semaine, 180 minutes, 10 800 secondes, où l’on rit, l’on partage, l’on explore. Eclats de vie. 180 minutes pour baigner dans cette chaleur des corps en mouvement. Soleil corporel. 3 h pour être avec les autres et être avec soi-même. Envie de confiance. L’option DANSE est comme un envol. Chaque séance permet la construction d’une brique, qu’on envisage, qu’on élabore, puis qu’on malaxe et qu’on forme définitivement. Chaque brique permet la construction d’un édifice qui s’élève humblement en fin d’année. Qu’est ce qu’on construit ? Sa personnalité, son rapport au corps, aux autres, au monde entier ! Ces moments de danse sont précieux parce qu’ils permettent de découvrir son corps, ses limites et ses libertés. Parce qu’ils permettent d’aller à la rencontre de l’autre corps, avec simplicité et disponibilité. Le groupe de danse devient alors une grande famille, une famille qui s’exprime corps et âme. Des membres d’une famille qu’on ne se lasse jamais de découvrir. C’est en danse que j’ai appris à ouvrir les yeux au bon moment, à être là où je suis quand j’y suis, à être disponible et ouverte, à saisir la moindre opportunité. Un cours de danse qui se prolonge dans la vie, s’y infiltre et l’enrichit.

Nolwenn, Terminale L

L’option facultative m’apporte beaucoup de sérénité. C’est le moment dans la semaine pour « souffler », déposer ses valises au sol… mettre de côté nos petits soucis du quotidien. Cette option permet vraiment de s’apaiser, mais également de créer des liens avec les autres élèves danseurs qui proviennent d’autres groupes. Le jeudi soir est donc un moment qui permet d’apprendre beaucoup de choses sur soi-même et qui permet de délier ses ailes pour mieux aborder la fin de semaine.

L’enseignement Arts-Danse nous ouvre au monde de la danse. Un monde très vaste, qui nous amène vers d’autres arts comme les arts plastiques ou la musique. Grâce à cette option, des passerelles et des liens sont mis en place vers des choses qui peuvent nous toucher au quotidien. Un exemple tout simple, la « mise en scène » des gestes du quotidien dans les défilés de Pina Bausch résonne en moi dès que je me brosse les dents. L’aspect théorique et l’aspect pratique sont complémentaires. Oui, je crois vraiment que cette option permet un nouveau regard sur le monde et sur nous-même… elle nous permet de mettre des mots sur des spectacles observés et sur des techniques abordées, mais également de développer notre regard sur la danse pour qu’il soit plus ciblé et puisse profiter ainsi de tous les éléments… « C’est une ouverture au monde ».

Le projet de création représente pour moi la cerise sur le gâteau de fin d’année. C’est un projet qui aboutit en juin mais dont l’idée est donnée dès le mois de novembre. C’est l’éclosion d’un lys dont la graine a été plantée depuis un certain moment. Cela permet à tous les danseurs de créer des liens (collégiens et lycéens), d’aboutir à quelque chose ensemble. La semaine des spectacles est une réelle semaine de partage, d’éclats de rire et de danse : c’est une expérience de vie, pour toutes et pour tous.

Thibault, 1L

L’option facultative est un pur bonheur pour moi. Tout d’abord, c’est un groupe hétérogène car on y retrouve tous les âges depuis la seconde. C’est un groupe qui a une très grande et belle complicité. Chaque personne est indispensable car chaque être donne autre chose. On peut dire que le partage, la gentillesse, l’amour, la tolérance sont au cœur du groupe. Et ceci est très important pour que la vie de chacun soit confortable, agréable. De plus nous avons la chance de partir quatre ou cinq jours en stage de danse. C’est lors du stage que nous posons les premiers jalons de la création. Nous vivons des moments extraordinaires, magnifiques, splendides, magiques ! Pour moi, le groupe d’option facultative est l’équivalent d’une grande famille. Les relations entre nous sont simples et très belles.

Dans l’enseignement Arts-Danse, l’étude des chorégraphes permet d’enrichir la culture en danse. On découvre de nouveaux processus de création, de nouvelles techniques et méthodes de travail. La démarche des chorégraphes est différente en fonction de leur origine, du contexte historique et de leur état d’esprit… Rien n’est laissé au hasard et tout a un sens. Nous avons la chance de pouvoir rencontrer des danseurs ayant dansé dans la compagnie du chorégraphe. Un danseur professionnel peut nous transmettre des mouvements, des morceaux de phrase de l’œuvre.

Le projet de création permet de nous exprimer, non avec la parole mais avec notre corps et notre cœur. Le temps de la création est un moment privilégié, gravé dans mon cœur à tout jamais.

Amanda, TL

 

Dans l’enseignement Arts-Danse la pratique vient se greffer à la théorie, la rendant plus vivante car passant par le corps de l’élève danseur. Il sort ainsi de sa scolarité avec, comme bagage, une compréhension de lui-même qui s’est développée et une certaine attitude sociale qui le pousse à aller vers les autres et à communiquer.

Les sorties culturelles (spectacles, stages…) sont souvent un prolongement des approches faites en cours.

L’option facultative danse est ouverte à toutes les classes du Lycée. De ce fait, elle amène dans un premier temps le danseur à faire la rencontre d’autres personnes de l’établissement qu’il n’a pas forcément l’habitude de côtoyer… Cela apporte une certaine curiosité et sensibilité qui éveillent le corps... Le projet de fin d’année nous invite à prendre connaissance de ce qu’est réellement le travail de création aussi bien au niveau de la chorégraphie, que dans ce qui se fait autour : costumes, lumière, décors, musique…

Le projet de création est un moment de joie et de partage intense. Mais il y a aussi un autre partage tout aussi grand et important, celui que l’on a avec le public (enfants et jeunes de la maternelle au lycée, personnes âgées, handicapés, proches…). Tous nous apportent quelque chose : une question, un regard complice, un remerciements… qui font de ce moment un pur plaisir.

 

Léa, TL

   

Recherche  

   
© ALLROUNDER